• mph-4compos4
  • mph-4compos3
  • mph-4compos2
  • mph-4compos1

Quatre compositeurs mis à l’honneur

A l’occasion du vendredi saint, le Trio mezzo, contre­ténor et orgue a chanté avec conviction et inspiration des musiques très intériorisées.
C’est probablement un choix mûrement réfléchi des trois musiciens, que d’avoir dans le cadre d’une interprétation baroque, décidé de ne pas ac­centuer l’aspect« doloroso » des œuvres. Pourtant, les paroles y incitent. De Vivaldi, le stabat mater commence ainsi : « Elle se tenait, la Mère douloureuse, près de la croix, toute en pleurs … »
Ce choix de retenue et de rigu­eur, souligné par un orgue très doux et parfaitement adapté à la déclamation musicale, a donné un concert prenant, ou la musique a magnifié le texte et le sens profond des lamentatiens. Les voix de Dorothée Thiver, mezzo soprano et de Frédéric Schwab, contre-ténor s’accordent à merveille. Ils font tous deux preuve d’une grande maîtrise vocale. Dans les vocali­ses sur les lettres de l’alphabet qui séparent les strophes des lamentations, difficiles à chan­ter, car il n’y a pas de consonnes sur lesquelles s’appuyer, ils sont parfaitement expressifs et transmettent avec sensibilité les émotions qui sous-tendent ces musiques.
A l’orgue, Gaëll Lozac’h a joué des pièces de Couperin qui ont ponctué les différentes versions des lamentations. Elle a joué de l’orgue Silbermann avec une subtile science des registrations. Ces trois musiciens ont ainsi proposé un concert de très grande qualité, le public les a chaleureusement et longuement applaudis.

Article DNA (Edition de Saverne, 03/04/2018)

7 h 29 min , 3 avril 2018 Commentaires fermés sur Quatre compositeurs mis à l’honneur

Chers amis de Musiques au Pays de Hanau,
Au fil des siècles, prenant en compte le calendrier liturgique, la tradition catholique a développé toute une série diversifiée d’expressions musicales sacrées. Celles du triduum (les 3 jours aboutissant à Pâques) en sont une illustration particulièrement riche. Si, en principe, l’orgue n’intervient pas entre le vendredi saint et Pâques, au profit de chants et récits non accompagnés (le chemin de croix, la Passion, l’office des ténèbres, les lamentations ou les impropères du Vendredi saint…), des oeuvres vocales et instrumentales marquées par cette tradition, mais plus somptueuses, jalonnent l’histoire musicale de pays comme la France ou l’Italie.

C’est un répertoire (pour voix et orgue ou pour orgue seul) à la croisée de tous ces chemins qu’explorent ces trois jeunes musiciens formés à l’interprétation de la musique sacrée (et profane en d’autres circonstances). Ils se sont rencontrés à Paris et s’y produisent assez fréquemment dans cette formation « Mezzo contre-ténor ». Leur présence à Bouxwiller ce Vendredi saint s’explique, en fait, par l’origine locale de Frédéric Schwab, né et élevé à Neuwiller-lès-Saverne.

C’est pour toutes ces raisons que Musiques au Pays de Hanau vous invite chaleureusement à ce concert particulièrement adapté aux circonstances
Retrouvez notre carnet de note 51 ici

8 h 20 min , 16 mars 2018 Commentaires fermés sur
  • DSC_2075
  • DSC_2089
  • DSC_2083
  • DSC_2073
  • DSC_2092
  • Célestins-DNA-10118

Quand le JAZZ est là

Article DNA du 16/01/2018

Une petite ambiance vidéo

8 h 39 min , 18 janvier 2018 Commentaires fermés sur Quand le JAZZ est là
Emission spéciale Hommage à Jean-Jacques Werner

Emission spéciale Hommage à Jean-Jacques Werner

Emission spéciale Hommage à Jean-Jacques Werner
sur Radio Accent4 96,6mhz et sur internet
Vendredi 12 janvier 2018
de 18h à 22h

17 h 19 min , 9 janvier 2018 Commentaires fermés sur Emission spéciale Hommage à Jean-Jacques Werner
Meilleurs Voeux

Meilleurs Voeux

16 h 12 min , 6 janvier 2018 Commentaires fermés sur Meilleurs Voeux
Carnet de note n°50

Carnet de note n°50

Le carnet ici
« C’est avec une grande émotion que le comité s’est réuni le 4 décembre pour élaborer le programme de la saison 2018/19, laissé à l’état d’ébauche par celui qui fut depuis plusieurs années notre directeur artistique, Jean-Jacques Werner, disparu le 22 octobre, huit jours à
peine après la création de son opéra « Luther ou le Mendiant de la Grâce ». Nous gardons en mémoire sa dernière intervention publique en compagnie de Gabriel Schoettel et de plusieurs interprètes lors de la séance de présentation de l’oeuvre à Bouxwiller le 19 octobre.
Homme de grande culture, généreux et sensible, il a su concilier dans nos concerts originalité, ouverture sur la musique actuelle et tradition. Il a été un animateur d’équipe enthousiaste et optimiste, surmontant les obstacles liés aux moyens financiers réduits de notre association grâce aux excellentes relations qu’il entretenait avec de nombreux artistes.
Le programme de la saison 2018/19, qui vous sera communiqué en début d’année nous donnera plusieurs occasions de lui rendre hommage, avec la participation de ses enfants et de plusieurs musiciens amis, à travers certaines de ses compositions écrites pour eux et parfois données en première audition.
Je termine ces quelques lignes en vous souhaitant à tous de joyeuses fêtes de Noël et une excellente année 2018.
Jean-Frédéric Blicklé »

10 h 07 min , 18 décembre 2017 Commentaires fermés sur Carnet de note n°50

Festival d’art sacré Un opéra de notre temps L’opéra  

Luther ou le mendiant de la Grâce  a été commandé par l’UEPAL et a figuré conjointement au programme de l’Espace Rohan et à celui du Festival d’Art Sacré de Saverne et sa région.
l’article DNA de la soirée ici 

13 h 37 min , 7 novembre 2017 Commentaires fermés sur Festival d’art sacré Un opéra de notre temps L’opéra  
Hommage à Jean-Jacques WERNER

Hommage à Jean-Jacques WERNER

Jean-Jacques Werner est décédé le 22 octobre dernier, trois jours après cette belle soirée. La cérémonie religieuse aura lieu le vendredi 27 octobre 2017 à 14h au temple protestant de Barr.
Nous reviendrons plus longuement sur ces années de fraternelle présence de Jean-Jacques parmi nous.

 

(suite…)

12 h 17 min , 25 octobre 2017 Commentaires fermés sur Hommage à Jean-Jacques WERNER
Carnet de notes n°49

Carnet de notes n°49

retrouvez ici le carnet de notes n°49

en Photo « Répétition de l’opéra  Luther, Cité de la Musique et de la Danse, 6 octobre 2017 »
article Annonce DNA manifestation Bouxwiller du 19 octobre 2017 ici

8 h 06 min , 17 octobre 2017 Commentaires fermés sur Carnet de notes n°49

Pierre Goy interprète Chopin : une expertise et un plaisir de tous les instants

Un concert consacré entière­ment à Chopin est comme un exceptionnel moment d’anthologie musicale.

Pierre Goy, pénétré de l’œuvre de Chopin, la fait vivre et revi­vre avec une expertise et un plaisir de tous les instants. Le piano à lui tout seul est un partenaire qui rapproche l’œuvre du public: il a, en effet, appartenu à une élève de Chopin et traversé le siècle, entretenu savamment, sans jamais devenir un objet de musée. Pierre Goy en tire le meilleur profil, fait chanter cet instru­ment qui, comparé à certains pianoforte entendus ici ou là, révèle toutes ses qualités de douceur et de contrastes mesu­rés.!

Une sorte de troisième mi­temps

Son jeu donne vie au génie diversifié du compositeur à travers des polonaises, parta­geant avec les valses les ryth­mes à trois temps, mais d’un caractère différent, à l’intimité des nocturnes et à la vivacité de mazurkas, mêlant tradition populaire et musique savante. Le programme de ce dimanche à l’église protestante de Bouxwiller entraînait les audi­teurs dans une première partie, avec des œuvres souvent peu connues, alors que, dans l’autre ils ont su reconnaître des com­positions qu’ils ont pu jouer eux-mêmes ou tenter de le faire. Ils auront d’autant plus apprécié la familiarité cultivée de Pierre Goy avec toutes ces compositions. Au milieu du public. fort heu­reusement très nombreux lors de ce concert, se trouvaient Martin Gester. compagnon d’aventures musicales avec le pianiste, et le compositeur suisse Michel Hostettler, cha· leureusement salué à la suite de l’exécution de ses Cinq Mi· niatures (dédiées à Pierre Goy), œuvre d’une écriture compacte, alternant des phrases mélodi­ques à la main droite escortées d’accords fermes ou de trilles et de grappes de notes avec des entrelacs mélodiques. le tout s’achevant dans un climat totalement apaisé.!

Et puis, pendant une sorte de troisième ml-temps bon nom· bre d’auditeurs invités par le président de Musiques au pays de Hanau à rejoindre le pianis­te. ont écouté, posé des ques­tions sur le piano, le répertoire ou l’exécution, Pierre Goy se pr􀂚tant avec bonne humeur à cet exercice de nature pédagogi­que. Quel beau dimanche!

8 h 10 min , 29 septembre 2017 Commentaires fermés sur Pierre Goy interprète Chopin : une expertise et un plaisir de tous les instants
/* Readmore link */