• mph-ring-2
  • mph-ring-1
  • mph-ring-3

Les Rhinwagges assurent

Il suffit d’évoquer le nom des Rhinwagges pour être sûr d’attirer les foules. Le premier concert de la saison de Musiques au pays de Hanau en a fait la démons­tration lors du concert don­né dans la belle et ac­cueillante salle de la Zinsel à Dossenheim-sur-Zinsel.

lire la suite de l’article des DNA, ici

19 h 11 min , 3 février 2016 Commentaires fermés sur Les Rhinwagges assurent
Carnet de note n°38

Carnet de note n°38

Télécharger le N°38 ici

10 h 18 min , 11 janvier 2016 Commentaires fermés sur Carnet de note n°38
Carnet de note n°37

Carnet de note n°37

Télécharger le N°37 ici

11 h 19 min , 15 décembre 2015 Commentaires fermés sur Carnet de note n°37
  • Daniel Spiegelberg au piano
  • Un public assez nombreux
  • Le président de MPH accueille le public pour ce concert anniversaire enregistré
  • Brigitte Balleys, mezzo-soprano
  • La Follia, Orchestre de chambre d’Alsace
  • Daniel Leininger à l’orgue Silbermann

Un hommage de Jean-Jacques Werner à Pierre Wisszmer

Elle a fêté trois décennies d’existence. En musique, bien sûr ! L’association Musique au Pays de Hanau y associait l’orchestre de chambre La Follia pur un concert donné exceptionnellement à Strasbourg. La présence de La Follia, l’orchestre de chambre d’Alsace, pour ce concert fêtant les trente ans de l’association Musique au Pays de Hanau, a expliqué en partie sa délocalisation à l’église Saint-Thomas de Strasbourg, mais la soirée réunissait, il y a quelques jours, les mélomanes strasbourgeois et ceux de la région de Saverne et de Neuwiller, centre habituel de son activité.

Le compositeur Pierre Wissmer, né à Genève en 1915, a été à la Schola cantorum de Paris, avec Daniel-Lesur, un des mentors du compositeur Jean-Jacques Werner, revenu en Alsace après une carrière parisienne de chef d’orchestre et de pédagogue.

Un certain esprit d’indépendance…

Ces néoclassiques pas inféodés au sérialisme cultivent un langage clair dont témoignaient un concertino pour piano et une pièce pour cordes du premier, trois études pour clavier du second. Jean-Jacques Werner pour sa part manifeste l’esprit d’indépendance de son écriture dans la création de ses deux poèmes d’Eluard dédiés à Jeannette et à Pierre Boulay, le président d’honneur de Musique au Pays de Hanau, qui trouvèrent leur pendant dans les quatre poèmes de Charles Cros, une partition de Pierre Wissmer qu’il a orchestrée, ou dans Diotima , amplification d’un mouvement de (suite…)

12 h 08 min , 1 décembre 2015 Commentaires fermés sur Un hommage de Jean-Jacques Werner à Pierre Wisszmer
Carnet de note n°36

Carnet de note n°36

Un concert exceptionnel marquera les 30 ans de Musiques au Pays de Hanau, mardi 24 novembre, à 20 h, à l’église Saint-Thomas, Strasbourg
La Follia, Orchestre de chambre d’Alsace direction Jean-Jacques Werner.

télécharger le carnet ici

16 h 28 min , 17 novembre 2015 Commentaires fermés sur Carnet de note n°36
Neuwiller-lès-Saverne - Patricia Pagny en concert

Neuwiller-lès-Saverne – Patricia Pagny en concert

La danse au piano

Centré sur des compositions où la danse est omniprésente, le magnifique récital de piano donné par Patricia Pagny a permis de franchir les pays, les siècles et les styles à la très
grande satisfaction d’un public assez nombreux invité par Musiques au pays de Hanau.

Le titre clin d’oeil AbonDance annonçait la couleur, celle de la profusion et du rythme. Pari tenu et avec brio. Ainsi les évocations de danses populaires s’affichaient dans deux
brèves sonates de D. Scarlatti, chez F. Schubert dans sa très touchante sonate en la mineur et dans les quatre pièces d’E. Grieg. Dans un registre plus savant, dont les danses
de salon ont pu hériter, le concert se continuait avec la sonate en mi majeur de L. van Beethoven, la ballade n°2 de F. Chopin et Ondine de C. Debussy. (suite…)

14 h 26 min , 17 novembre 2015 Commentaires fermés sur Neuwiller-lès-Saverne – Patricia Pagny en concert
Carnet de note n°35

Carnet de note n°35

Retrouvez l’ensemble de nos Brèves musicales ici

14 h 01 min , 13 octobre 2015 Commentaires fermés sur Carnet de note n°35
Le trio Lersy en concert

Le trio Lersy en concert

Alternant des oeuvres classiques éprouvées et deux compositions modernes, le Trio Lersy a réjoui le coeur des auditeurs venus en assez grand nombre à l’église Saint-Adelphe de Neuwiller.

L’incursion – fût-elle brève – dans le domaine moderne ou contemporain est désormais acquise dans les programmations de Musiques au pays de Hanau. Ce dimanche n’a pas fait exception.
Le deuxième opus de Joaquim Turina composé en 1933 conserve des allures héritées des grands maîtres du passé et s’affirme dans des mouvements élégamment dansés, puis des passages rendus plus mystérieux par l’usage de la sourdine sur les instruments à cordes.

(suite…)

13 h 10 min , 13 octobre 2015 Commentaires fermés sur Le trio Lersy en concert
Carnet de note n° 34

Carnet de note n° 34

Retrouvez l’ensemble de nos Brèves musicales ici

8 h 31 min , 8 septembre 2015 Commentaires fermés sur Carnet de note n° 34
  • mph-10juin-1
  • mph-10juin-2

Trois siècles de musique de chambre pour quatuor à cordes et clarinette

Le remarquable quintette Pente Tria a illustré trois époques différentes par un programme allant de W.A. Mozart à Toshio Hosokawa, dimanche à l’église Saint-Adelphe de Neuwiller dans le cadre de Musiques au pays de Hanau.

Toshio Hosokawa, compositeur japonais souvent présent en Allemagne, titrait son oeuvre «Herbstlied » (chanson d’automne), ce qui pouvait laisser penser à des sonorités évoquant la nostalgie de la saison ou du temps. Il n’en était rien. Loin non seulement des compositions européennes classiques mais même contemporaines, les premières notes, à peine perceptibles, marient le silence et la musique avec finesse et nuances. Toute l’oeuvre obéit d’ailleurs à ce principe, bien que l’ambiance passe aisément d’accords qui se superposent à d’autres qui glissent, tantôt inquiétants, tantôt apaisés à travers d’inattendus accords classiques.
La précision du jeu et le respect de l’écriture sont pour beaucoup à ce qu’il peut y avoir d’attachant dans cette musique si peu familière. La fin de la composition s’éloigne, comme elle est venue, passant d’un piano à un silence dont on ne sait pas bien quand il commence. Les deux oeuvres très attendues, le quintette en la majeur de W.A. Mozart et celui en si mineur de J. Brahms, toutes deux très connues, ont tenu toutes leurs promesses. Mozart, en des mouvements assez brefs, contrastés à souhait, distribuant les mélodies entre les cordes et la clarinette et Brahms, longuement développée, archétype de l’oeuvre romantique, avec ses bouffées lyriques parfois poignantes.

Le risque des oeuvres très connues

Interpréter des oeuvres très connues présente à la fois l’avantage de bénéficier d’une grande attention et le risque de la comparaison avec des enregistrements célèbres. L’indiscutable qualité d’interprétation du quintette Pente Tria le range, sans l’ombre d’un doute, parmi les grands. Bien que née récemment, cette formation a trouvé ses marques, ce qui n’allait pas de soi pour des instrumentistes aux parcours si différents, mais tout compte fait très complémentaires. Issus de formations symphoniques (Johannes Blumenroether, violoniste, et Ayano Kamei, altiste), d’un orchestre baroque (Anna K. Schreiber au violon) et d’un ensemble de musique contemporaine (Asa Akerberg au violoncelle et l’infatigable et toujours admirablement précise Shizuyo Oka à la clarinette), ils sont à l’écoute les uns des autres et ajoutent magnifiquement leurs compétences pour un résultat qui a enthousiasmé à juste titre les auditeurs de l’église Saint-Adelphe de Neuwiller pour ce deuxième concert de la saison de Musiques au pays de Hanau. P.B

source: DNA Edition de Saverne 10 juin 2015

 

7 h 59 min , 10 juin 2015 Commentaires fermés sur Trois siècles de musique de chambre pour quatuor à cordes et clarinette
/* Readmore link */